Pédagogie Montessori

« La grande mission sociale consistant à assurer à l’enfant justice, harmonie et amour reste à accomplir. Cette tâche importante revient à l’éducation. C’est notre seule façon de bâtir un monde nouveau et de construire la paix. »

L’italienne Maria MONTESSORI (1870-1952) fut à la fois docteur en médecine et licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Elle commença son œuvre en Italie en 1901 à la clinique psychiatrique de Rome avec des enfants déficients. Découvrant parallèlement les travaux du médecin Jean ITARD et du psychologue Edouard SEGUIN, elle décida de se consacrer à la pédagogie. Depuis, son travail s’est répandu mondialement dans tous les milieux.

Une aide à la vie

Tout enfant possède en lui des capacités et des potentiels à développer.

A certaines périodes, ces capacités d’acquisitions sont maximales : son esprit est absorbant. Ce sont des périodes dites « sensibles », avec un intérêt et une réceptivité maximales. En respectant le rythme de l’enfant, la pédagogie Montessori saisit donc les moments les plus opportuns pour l’apprentissage.

Il est primordial qu’un environnement adapté donne à l’enfant les moyens de combler ses besoins du moment. En effet, si elle ne trouve pas les éléments qu’elle requiert, sa sensibilité s’étiolera progressivement.

 

Exemples de périodes sensibles :

- Le langage

- Le mouvement

- L'ordre

- Les couleurs

 

Ces périodes peuvent, bien entendu, coexister.

 

L’éducateur apprendra à connaître chaque enfant et à distinguer la période sensible dans laquelle il s’inscrit, en faisant preuve d’attention et de respect. Ainsi, il pourra mieux comprendre les besoins fondamentaux de l’enfant à ce moment précis (besoin d’autonomie, besoin d’aimer et d’être aimé, besoin de respect, besoin de stabilité, besoin d’activité, …).

L’art de la rencontre : une culture de la paix

 

La pédagogie Montessori s’inscrit dans une démarche pacificatrice, celle du « Vivre ensemble » :

- éducation à la bienveillance, notamment par le respect des différences,

- découverte de la joie du partage et de la coopération,

- apprentissages de la mise en mots des émotions, des ressentis, des conflits,

- respect des règles de vie dans les ambiances et dans le cadre de la micro-crèche.

Le groupe est une richesse. Les règles de vie permettent de réguler les éventuels conflits. Elles apprennent à se respecter et à respecter les autres.

 

Autonomie et responsabilisation

 

Toutes les disciplines dites « classiques » sont liées au plaisir d’apprendre. L’éducateur joue un rôle essentiel dans cette mise en relation et alimente la question du sens.

Le jardinage, les ateliers culinaires, les ateliers bilingues anglais-français font partie intégrante d’une pédagogie où l’enfant apprend à respecter son environnement et la nature. Par exemple, l'enfant prendra  conscience de l’importance de l’alimentation en préparant la table pour son repas.

Ces expériences, sollicitant ses différentes formes d’intelligence, l'aideront à construire ses capacités  cognitives, et le conduiront progressivement vers l’abstraction.

Guidé par l’éducateur, l’enfant apprendra à son rythme, afin de construire harmonieusement son potentiel humain et d’acquérir son autonomie. Pour ce faire, il exercera sa concentration, son libre choix, sa discipline intérieure, et comblera sa recherche innée d’auto perfectionnement.

 

Ouverture spirituelle

 

Maria MONTESSORI considère l’enfant, et plus généralement l’homme, dans son unité physique, psychique et spirituelle.

 

Sans nous inscrire dans une démarche confessionnelle, nous offrirons :

- des repères culturels sur la connaissance des religions,

- une éducation au libre-arbitre et à l’art de vivre ensemble,

- des lectures en lien avec les questions existentielles que se posent les enfants : la naissance, la mort, le pardon, etc.

- une exploration des temps forts et rites de notre calendrier,

- une découverte de l’intériorité, avec une place accordée au silence : « l’écoute intérieure ».